Cyberlog.eu
Pour une Bretagne libre...

Accueil > Textes et élucubrations > Bro gozh ma zadou. Juillet 1988

Bro gozh ma zadou. Juillet 1988

samedi 6 mars 2010, par bc

( A l’Est de Vitré, au Sud de Nantes, tous des frogs ).

Rosbif, Boche, Rital, Crouille, Bougnoul, Hidalgo, Portos, peut-on dire que la France soit un voisin amical ?Même le sens de mots comme Arabe et Belge ont été modifiés sous la pression des préjugés de la culture qui se prétend la plus riche d’Europe. Par contre, la Suisse est relativement épargnée puisqu’elle y planque son fric, et Ricain est l’expression d’une indépendance respectueuse vis-à-vis du grand frère occidental...

Etre né sous le signe de l’Hexagone, cher pays de mon enfance, Frankreich Frankreich t’es pas dans le coup !

Mais que t’a-t-elle donc fait la Bretagne que tu as épousée en premières noces en 1532 avec on ne sait quelles promesses qui ont vu leur aboutissement dans l’annexion de cette région pendant ta révolution ?Qu’est-ce qui te pousse à exterminer l’âme bretonne depuis ta dernière table rase ?

La Bretagne ne s’est-elle pas battue à tes côtés, délaissant ses propres intérêts pour défendre ton idéal ?Ta culture n’est-elle pas assez présente dans une région qui compte le premier de tes départements pour les diplômes d’études supérieures, et ta langue n’est-elle pas défendue par la qualité reconnue du Français en Bretagne ?

Tu marchandes l’enseignement du Breton à l’université et à l’école à coup de budget dérisoire. Que ferais-tu si on faisait de même avec le Français ?La civilisation celtique qui compte parmi les plus anciennes du monde ne représente qu’une quantité négligeable que tu penses pouvoir rayer d’un coup de crayon sur un programme d’enseignement, comme tu as défiguré, voire détruit certains des monuments symboles de notre culture.Mais alors que tu minimises les blessures que tu as infligées à la Bretagne, pourrais-tu quantifier la valeur de ton patrimoine ? A combien par exemple évaluerais-tu ton château de Versailles ?

A l’aube de l’Europe nouvelle, comment peux-tu encore nier l’existence de l’identité bretonne, alors que les autres nations européennes sont déjà formées de régions dont les différences culturelles sont reconnues.

Si tu t’entêtes à étrangler la Bretagne, la sagesse celte plurimillénaire qui a supporté tes injustices et ta dictature depuis ta trahison de 1789 pourrait bien se révolter. L’armée bretonne qui est peut-être la seule armée de libération au monde qui n’ait jamais versé de sang, a prouvé la loyauté de ses combattants et la noblesse de son idéal.Attends-tu l’accident qui te permettrait, fort de ton bon droit, de tuer dans l’oeuf ce groupe de militants que tu appelles déjà terroristes, et qui luttent toujours contre ce regard ironique dans les yeux de certains délégués de Paris, qui écoutent d’un air narquois les revendications légitimes des représentants bretons comme du temps des colonies ?Attention que le slogan ’Algérie-Bretagne même combat’ ne fasse école, et que accompagné par l’élan des autre régions qui demandent le respect de leur identité, tu ne te retrouves les quatre fers en l’air !

Mais si malgré tout, tu arrives à tes fins de standardisation au nom de ton soi-disant idéal des droits de l’Homme que tu ne respectes même pas toi-même, toi qui déjà à l’intérieur du marché commun, mais aussi hors de ses frontières, as la réputation d’être le pays le plus fasciste d’Europe, ne t’avise plus jamais de montrer du doigt l’Allemagne car tu risquerais d’apercevoir ta main tendue !

Et de toute façon, si tu tires une certaine puissance de la force militaire qui fait de toi le troisième vendeur de larmes du monde, les mots de liberté, égalité, fraternité que tu essaies de crier plus fort que les autres ne pourront rien contre l’Amour que portent à la culture celte tous les Bretons de coeur qui parsèment le monde entier et même t’infiltrent.

Par contre, si tu desserres ton étreinte, ne redoute pas que l’on vienne te cracher Breton à la figure, car l’amitié loyale de la Bretagne qui n’a jamais trahi t’est acquise.

Et Toi, Bretagne, quels pouvoirs caches-tu derrière les gros cigares de ton conseil régional ?Te satisfais-tu de ton ancien parlement castré et de ta vie politique sous tutelle ?Quand remplaceras-tu les hermines de ton drapeau par une pelle et un râteau, symboles de ton avilissement à nettoyer les marées noires bissextiles avant d’être mensuelles et bientôt permanentes pour faire gagner quelques heures de voyage aux pétroliers ?

Tes enfants sont-ils d’Anne ou de Bécassine pour accepter la prétention de ces Parisiens dont certains vivent dans les odeurs de merde de leur trou des halles pendant que d’autres en surface baragwinent l’Anglais pour alimenter leur commerce de l’amour et qu’en banlieue on est à quelques heures de bouchon et plusieurs milliers de Francs (ou centaines de Deutsch Mark) de la culture ?

Quand vas-tu te décider enfin à relever la tête ? Est-ce par la modestie facile de ne pas vouloir être la première ?Rassure-toi, car tu es déjà devancée depuis longtemps par l’Irlande qui est maintenant un pays à part entière dans l’Europe unie et se libère peu à peu du ’protectorat’ anglais.Tu n’as de toute façon pas le choix puisque la révolution pacifique européenne est en marche.

Mais quelle sera ta part dans la nouvelle donne européenne ? Vas-tu recouvrer la géographie que t’a léguée l’Histoire ? La préfecture de Loire atlantique va-t-elle enfin reconnaître les hermines de la cathédrale qui lui fait face ?

Si les habitants des territoires amputés par le dernier remembrement des technokrates en cure forcée à Vichy désirent réintégrer la vieille terre de leurs ancêtres, que cent voix s’élèvent du coeur de Nantes pour porter au sommet des vestiges de l’administration napoléonienne ce message ’Naoned e Breizh’ !

Le renouveau celte pourra alors apporter à l’Europe la grandeur de sa culture qui prend ses sources au-delà de la fin de la terre bretonne, dans le mystère de l’Atlantide dont la ville frontière d’Ys canalise les flots et le vent d’ouest, équilibre naturel de la sagesse orientale.Mais si le bilinguisme et l’indépendance politique sont les premières étapes de la renaissance bretonne, les épreuves de son Histoire moderne lui imposent la recherche d’une nouvelle société à laquelle elle a eu le loisir de réfléchir avant que ne se présente la chance d’une union européenne fédérale.A l’heure de la découverte ou l’ignorance, les Bretons sont- ils français ou bien pa fwanse ?Au delà de la devise inspirée de Saint Malo ’Breton d’abord, Européen ensuite, Français s’il en reste...’, le mariage réussi de la Bretagne et de la France doit persister.

Car la Bretagne appartient à cette France historique tri- continentale qui va de Narvik à Tamanrasset et d’Ottawa à Moscou, et dont les splendeurs de ses capitales Alger, Paris et Quebec, symbolisent le rayonnement tricolore qui, s’il est imparfait, participe à la lumière de l’Humanité par la générosité dont est imprégnée sa culture.Mais à l’heure où elle semble ne pas pouvoir se passer du nez de l’Europe, quelle unité réelle la France cache-t-elle derrière les palabres sur son espace francophone ?

Que dire de l’absence de l’Afrique dans les émissions télévisées de son satellite ?Continue-t-elle à considérer cet immense espace nord-africain comme un réservoir de main-d’oeuvre bon marché corvéable à volonté après l’avoir pillé de ses richesses naturelles et tenté de tuer sa culture et sa religion ? Ou bien ne sait-elle faire la paix que lorsqu’elle est dans le camp des vainqueurs ?

Ce peuple admirable a su fournir les soldats sachant jeûner un mois qui ont surpris Hitler et complété aux premiers rangs les ressources de l’Afrique noire, la métropole et la Bretagne exsangue d’après la première guerre mondiale.

Ceux-ci chantaient certainement aussi bien la Marseillaise que les observateurs de l’arrière pendant les affrontements contre les Allemands !Ils ont pourtant ensuite payé de quelques dizaines de milliers de vies humaines la demande que la France tienne sa promesse de leur rendre l’indépendance après cent trente ans de servage, alors que l’Europe s’indignait devant les passeports allemands barrés d’un J majuscule et qu’ils étaient déclarés Français musulmans d’Algérie...Ils auraient pourtant dû se méfier de cette France, qui avait débarqué en 183O pour les punir du geste d’humeur d’un responsable Algérien devant le consul de France qui refusait de payer les dettes de son pays. La modernisation apportée par la colonisation a souvent signifié l’accaparement des meilleures terres par les nouveaux arrivants, même si des pieds-noirs ont été en 1962 les malheureuses victimes des excès de certains de leurs compatriotes. Pourtant, un Français visitant ce pays est touché par la constance des marques d’amitié à son égard et un Breton, lorsqu’il rencontre de l’autre côté de la méditerranée une culture si différente mais si proche à la fois par le pont du français populaire que l’on parle là-bas, ne peut que s’écrier ’Vive l’Algérie française’ !Cependant, si la culture française est un complément appréciable pour les nord africains, elle ressemble plus à la botte administrative et policière pour les Bretons...

La patience algérienne a enduré les sévices des colons et militaires français dont les exactions émaillent la culture moderne par le souvenir et les charniers découverts au cours de la construction de l’Algérie libre. Elle n’a d’égale que la rapidité avec laquelle la métropole renvoie les travailleurs immigrés après le boum économique des années soixante.Quel courage pour l’Algérie moderne de retrouver son identité perdue en puisant dans son passé et les relations avec ses voisins qui sont peut-être le ferment d’un futur bloc de l’Afrique du nord, et mettre ainsi sa jeunesse sur les rails d’un avenir digne. Quelle fidélité pour que, malgré les mains tendues par l’Allemagne et l’Italie, elle continue à apprendre le Français et oublie peu à peu la douleur du passé !

France, comme la réalité des faits est parfois loin de tes livres d’histoires !Algérie, Toi dont le nom fait monter les larmes aux yeux de tous ceux qui t’ont connue, quel témoin gênant Tu fais dans la dislocation des restes de l’Empire français, mais quelle spectatrice Tu serais de l’édification d’une France moderne à la hauteur des principes qui font son unité !

Bretagne, quel exemple tu deviendrais pour la libération pacifique des peuples opprimés dont chaque victoire grandit l’Humanité toute entière !Feras-Tu partie des premières cultures hybrides qui concourront à unifier le monde ?

Cette tâche ambitieuse de la construction de l’avenir ne t’es pas impossible, car qu’on te le dise à la manière d’un appel du Général de Gaulle ou façon Rock du groupe Trust, Tu n’es pas seule ! Tu as pour alliés tous les Juifs, Palestiniens, Arméniens, Tziganes, Indiens d’Amérique s’il en reste, et autre peuples opprimés qui luttent à tes côtés pour un monde où ils auront leur place.

Tes atouts sont maîtres pour construire le nouveau carré magique fait de recherche, d’équipement, d’écologie et de recyclage afin de répondre aux principes de Liberté, Egalité, Solidarité qui doivent guider le troisième millénaire.

Quant à la fraternité, où s’exprime-t-elle plus que dans le festival interceltique de Lorient qui réunit les peuples frères dans un même Fest-Noz ? Qui la matérialise plus que ces marins d’un soir ou de toujours qui s’unissent pour chanter et dont les notes résonnent dans un trou des lices qui sent la bière du pub d’en face ?Les pistes rennaises sont peut être plus humides que celles du désert, mais on y rencontre les mêmes regards.Et s’il existe une légende disant qu’il pleut, surtout au nord, l’évadé de la société nationale, où le sourire est une grimace imposée par la loi de la politesse, découvrira, caché derrière un visage apparemment buté, le soleil d’un sourire parfois animé par l’esprit de clocher qui fait tant rire lorsqu’il est bien joué.

Alors les Bretons de sang ou de coeur vont-ils se faire entendre au lieu de chercher des slogans publicitaires inutiles pour une capitale qui porte en son nom sa meilleure définition puisque, c’est évident, Rennes, c’est la ville Reine !

Rennes sud juillet 1988 Bernard COUAPEL.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © freelayouts sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License
{id_article}